sabato 31 ottobre 2009

amoramoramor


teu sorriso
um trago
de amor
que chega
à meta

meu coraçao

venerdì 30 ottobre 2009

unfischio





un fischio
un sottile rumore





chi sei

nessuno

cambia
il mio umore

giovedì 29 ottobre 2009

um poema escrito faz tempo mas muito atual...


Tel le sortilège d’un infini orgasme
La foule lève les mains
Applaudit
Crie marche et court
Chante et danse
Elle coule et roucoule
D’éspoirs
Dèjà trop lointains, hèlas…
Ou se trouvera – t –il demain
Cet après orgasme
Qui te remplit de joie d’ènergie de vie d’a^mes
Pleines
De tous les espoirs
De tous les bonheurs de toutes les forces des regards des voix
De tous les chants de toutes crèations de tout art et de toute vie

Demain…………………………………………………………
Sortilège………………………………………………………..
Espoirs………………………………………………………….
Et le reste ?

Le monde sortira – t – il de ce piège?

mercoledì 28 ottobre 2009

porque escrever?



E porque devo escrever um livro? Porque não sómente brincar com as palavras, eu que gosto tanto delas. Lei a Michel Foucault, a Barthes , Lacan- con el cual por cierto no simpatizo – Bachelard, los lei más bien parce que j’aime leur façon de jongler, jouer avec les paroles au point de les rendre de vrais joyaux – joie – la joie de découvrir leurs danses sur une musique de funambules. Souvent je me perdais. Souvent je n’y comprenais rien ou presque. Pas d’importance. Je les lisais comme on écoute une chanson. Et d’autres encore dont le nom m’échappe en ce moment et que je lis surtout par leur manière poétique - mystérieuse de croiser les mots par-ci, par là – des êtres qui vibrent . Etre des êtres. L’envie de bavarder avec eux, les embrasser, car si belles, les paroles posées, parfois jetées, flottant au gré de leur désir, au gré – quand même – d’une logique qui fait rêver au lieu de trop penser. Cela me fait penser à certains peintres qui semblent peindre avec des ailes arrachées aux plus beaux papillons en ce monde devenu assez immonde. Peut-etre vient-ils d'un autre monde...Les papillons, sur. Non point les peintres.

lunedì 26 ottobre 2009

perduta


perduta
nei labirinti
del passato
raccoglie
parole
sbiadite
sparpagliate
di qua di là

gettale
all'aria
non sono
altro che
polvere


via

sabato 24 ottobre 2009

saggia mescolanza


circondata dal buio
di finta erudizione

schiatta parole
di soi - disant
saggia mescolanza
fantasia e realtà



restano perse
nell'etere
a sprigionare
energie

venerdì 23 ottobre 2009

sonhos vivos



os sonhos
minha vida



ando amo trabalho luto
falo vejo escuto discuto
viajo nado rio brigo

dentro deles
vivo

de dia
durmo

espero à noite

sigarette- salvezza per la solitudine :)


stringersi
a una nuvola
di fumo

accendo
una sigaretta

giovedì 22 ottobre 2009

mai dire mai


tutto a un tratto
in fretta e furia

corsi via lieta
oramai
di non sforzarmi
più
a dire mai...

mercoledì 21 ottobre 2009

=&5)/"eiu36tmxo\29"8gfmz= formula do Google



solito
litho*
insolito?

no


Lithium (Li)*

in discesa


distesa sull'erba
ma tesa e all'erta

nell'aria odore
di mela marcia


una spinta leggera
raccolgo
rovine

in discesa

martedì 20 ottobre 2009

lunedì 19 ottobre 2009

algunas lineas de 1975








nuestro trabajo













es magia pura


y





















constante meditacion


estas lineas
de donde vienen
como estan hechas
a donde van

continua tu...

domenica 18 ottobre 2009

...procuro no perderme...





entre atavismos y recuerdos
procuro no perderme
en las encrucijadas
por las que atraviesso








aprendi la magia
de las cosas
los imprevistos



en la vida








ritmos diversos
en diferentes caminos
el ritmo negro del Brasil









la plenitud del amor
la clarividencia de las sensaciones


naci en tierra distante
cristales de nieve
en mi ventana
Rumania


















vivi largos anos
a la orilla del mar
espuma sobre la arena
Brasil















después cercada de montanas
de lineas
Mexico











Italia
il bel paese
estaba
esperandome




con la pintura que és mi horizonte
mi espacio mi fin y mi destino

venerdì 16 ottobre 2009

lunedì 12 ottobre 2009

°°°°°°°°°°°°°°°°°

un peu d'espace
de silence
pour quelques jours
bonjour

venerdì 9 ottobre 2009



q
u
a
d
r
o
s







v
e
l
h
o
s






e

m
a
i
s











v
e
l
h
o
s

acho que em 1973 - Petite Galerie - Rio de Janeirodesenho sobre papel Kraft



este é o primeiro desenho de uma serie
que fiz sobre papel KRAFT




que naquele tempo era simplemente
papel de embrulho:)
depois virou moda entao deixei de lado
porque detesto tudo que tem que ver com moda
bem o que aconteceu foi o seguinte:
estava para se inaugurar uma das minhas
exposiçoes na Petite Galerie
no Rio qdo vimos Franco Terranova e eu
que o espaço era enorme e que
tinha que fabricar rapidamente mais obras
Nao estando com lugar apropriado
para pintar sobre telas fui comprar papel
e, é isto aì!

mercoledì 7 ottobre 2009

recordando:1978 - exposiçao galeria Arte Global - Sao Paulo -cat. Aracy Amaral

..uma artista respira vida quano se sente
claramente a alteraçao de seu caminho, quando se
percebe uma pesquisa
................................................

Nas telas vistas de Myra em Sao Paulo em 1973
se sente a pintura como uma forma compulsiva de expressao:
as vezes tranquila imersa em seu mundo subjetivo,
exasperada em outras ocasioes, como alias sua
propria letra a denuncia quando se expressa de
forma discursiva.
...............................................
embora o retangulo ( ou o quadrado) da tela seja
o fundamento para suas composiçoes - o que poderia
dar margem a pensar que ela segue este principio
racional - e apesar da abstraçao ser sua
tendecia, eis aqui uma artista em cujo trabalho,
"a natureza afetiva da forma é bem transparente",
tomando emprestada a expressao de Mario Pedrosa.
...............................................

....a imposiçao da geometria em varias de suas
ultimas pinturas, se contrapoe à serie de desenhos
que a artista apresenta em faixas ou rolos
desenhados em papel de arroz, a nanquim e lapiz de
cor.Nestas vemos as composiçoes se desdobrarem,
nascendo em sequencia quase automatica,e... o
elemento inovador, ordenador por certo, que a
pintora incorpora ao se trabalho: a fita perfurada
de computadora.
..............................................
... surpreendemente surgem momentos nesta serie
de desenhos, de grande beleza,a anunciar, da pura
intuiçao que è na verdade, seu impulso-motor,
possiveis caminhos - elemento exterior - ( a fita
do computador )......
nesta serie de desenhos, a racionalidade,
a furia, que se alternam na pintura,
parecem ceder lugar à criaçao tranquila e
paciente.
................................................
varios os caminhos de Myra Landau, em 1978.
Artista que nao deixa de se apresentar entre nos,
fiel aos longos anos de permanencia no Brasil,
rumena de nascimento,
brasileira por opçao afetiva e de formaçao profissional,
mexicana ha quase vinte anos,
Myra é um dos expoentes da renovaçao
da arte contemporanea no Mexico,
onde se destaca como uma das pioneras
do caminho da abstraçao organica
a que se entrega em inicios de dos anos 65,
quando ainda a figuraçao surrealista/màgica
imperava com força no ambiente artistico de Mexico.
































martedì 6 ottobre 2009

GììììììììììììGìììììììììììììì




as time goes by
harder it is
to say goodbye

fuori fase - foto Dominique Landau


il tempo
lo spazio
presto
o tardi
lontano
vicino

stridente contrasto
fuori fase

domenica 4 ottobre 2009

ciel bizarre


au beau milieu
d'un ciel bizarre
un éclair brise
mes images


aucun dommage
suis entourée
de mirages

là - haut -: photos Dominique Landau



pas envie d'écrire
vaut mieux regarder là-haut sur la terrasse.
je commence à m' habituer à mon vertige
le mur est assez haut pour que je ne tombe pas
le toit les tuiles m’attirent
la couleur sienna est une de mes préférées













la nature a pris le dessus
il y à plein d’herbes
celles qui ne meurent jamais
qui se trouvent un peu partout

ce toit me rappelle mon mur à Xalapa où je jettais au hasard de tas de petites plantes parmi et entre les pierres
- même des orchidées - et toutes poussaient
c’était si beau de les voir de mon lit
soir - bonsoir
jour - bonjour..




nostalgie

sabato 3 ottobre 2009

escaliers - lignes écrites il y a quelque temps - images de Google



Toujours aimé les escaliers. Pourquoi?

Faut pas m’interrompre. Je les aime, les escaliers. Qui sait pourquoi , quelque souvenir de mon enfance?



Ou à peine à cause du mouvement, bouger les jambes,d’une façon toujours différente. Aujourd’hui, je dois faire un peu plus d’attention, je ne voudrais absolument pas tomber et me casser la gueule ou autre  enfin un exercice, monter descendre 30 fois par jour c’est déjà quelque chose pour quelqu’un qui ne bouge pour ainsi dire pas beaucoup.
Les escaliers de ma vie, sont très variés. Comme les escaliers de toutes les maisons où je me suis trouvée, par choix ou par destin?. Question sans réponse.



Ici, aujoud'hui...
L’escalier te fais entendre et reconnaître les pas de celui qui vient, celui ou ceux qui s’en vont, pas de mystère.Ils partent c’est tout. Mais monter! Ah cela est formidable,tu peux avoir des surprises, des imprévus!Quant c’est à toi d’escalader - oui, car parfois, c’est dur- il y à trop de marches ou ells sont trop en pente! Tu te dis qu’en fin de compte t’es pas alpiniste.

Les escaliers, les marches, marcher, monter, descendre, cela fait toute une vie. On ne s’en rends presque pas compte. Puis les gens ne marchent plus, ils prennent la voiture malgré quelque mètres à parcourir, ah mais la voiture!!! Pour beaucoup , c’est nécéssaire, je sais. Pour d’autres c’est un “standing”, la Ferrari, ou un Porsche, eh oui, moi, j’aurais bien aimé être un champion de courses d’autos. Courses d’autos? Oui, j’adore conduire vite,vite sur les autoroutes, plus possible. Chanteuse de cabaret?Pourquoi pas, comme Lena Horne, par exemple...qu'elle était belle. Chantant Stormy Weather, belle chanson de mon temps...Mais,je ne distingue pas un Do d’un Fa , etc. J’aime leur attitudes. Leurs beautés , la façon d’ont elles regardent le public. Comme des reines!Ou jardinier, cela va sans dire, que ferais-je sans les fleurs les arbres les plantes!!! celui-ci c'était celui de Xalapa pour aller chez Marie-Louise sans passer par la rue!



Escalier. Escale Oui, la chanson si connue d’Edith Piaf
Incroyable comme une parole me fait penser à d’autres. Cependant, je parle d’escaliers, les escales ce sont les moments de plaisir, de joie, de bonheur, ou malheureusement aussi de tragédies. Escales, les escales, s’arrêter ou continuer? Je parle d’escaliers, laissons les escales en paix. Faut pas en parler. Cela fait du bien cela peut faire du mal, alors tais-toi. Et continue à monter les gradins de tes escaliers. Escaliers, lier,se lier,palier, volées d’un escalier.Escaliers.Escapade, oui, pourquoi pas? Par l’escalier. Descendre les escaliers quatre à quatre. Escaliers qui mènent n’importe où n’importe quand. Escaliers pour échapper aux incendies. Escaliers en colimaçon,



- j’en ai ici, j’en ai horreur – escaliers roulants, dangereux, comme pour la dame anglaise qui a été engloutie par un de ceux-ci. Escaliers d’honneur, comme pour les papes, ou les rois , enfin, pas pour des gens comme moi! Escalier dérobé, secret. Attirant, cela me fait penser au Moyen Age. L’esprit de l’escalier, cela m’arrive,suis quelquefois en retard : j’aurais dû dire ceci ou cela, trop tard, escaliers de service, de nos temps presque plus, on passent tous par les mêmes escaliers les fournisseurs aussi. Essai de démocratie. Egalité. Difficile d’y croire.
Laisse tomber, ne mélange pas toujours, tout, avec tes idées.

Les escaliers, ici, à présent je n'en voudrais plus. Trop fatiguants et qui ne me mènent plus nulle part...Assez.

venerdì 2 ottobre 2009

ante prima de algo escrito em frances sobre escadas---





con passi decisi
riprese il
cammino
ammesso
che l'avrebbe
trovato

cammino
pieno di linee

di scale...

giovedì 1 ottobre 2009