giovedì 28 febbraio 2008

lacrima


una lacrima
sortita dal passato
galleggia sulla guancia
mezza fradicia

e scivola pian piano
nella scatola
dei suoi ricordi
rastrellati d'immagini
sporgenti sgretolate

-fanno troppo male-

ma sorvegliata dal presente
ente scintillante
offusca
questi immagini

e

si sveglia da un dormiveglia
in agguato un incubo

non avrà bisogno di fazzoletti

lunedì 25 febbraio 2008

in cuor suo


in cuor suo sa
che d'un tratto
spariranno
questi gemiti
provocati
dalle guerre
dalla fame
che raggelano
il mondo
poiché
saranno spazzati via
come una brutta smorfia
e apparirà un scatto
il salvataggio
dal tempo stesso

scrutò il cielo
mormorò:
si, è tempo di lotta
svegliatevi
finirà anche questo inferno
come sta finendo l'inverno

tutto si rimetterà in sesto

sollevata se ne va
a fare una siesta

sabato 23 febbraio 2008

prestito

in fretta e furia
prima che la mia testa
mi pianti in asso
scrivo

che?
parole
afferrate al volo
da qualche libro

non rubo
nulla da nessuno
le prendo in prestito
perenni e belle
le faccio mie.

sarò spregevole?
non credo
l'attrazione l'amore
non lo sono affatto
il mio fascino per loro
- le parole -
hanno un impatto
altrettanto seducente
travolgente
su di me
non ne posso fare a meno
ormai---

piazzo le mie redini
su di loro
un prestito
un fàto
fatto
chissà infinito

venerdì 22 febbraio 2008

suis devenue algue



Les arbres me tombent dessus
Les feuilles – cela va sans dire
Remplacent mes cheveux
Vert-de-gris
Licence poétique
Gris tout seul
J’aime pas

Dessous des arbres
Mon ombre n’y est plus
Serais- je devenue vampire?
Pourquoi pas puisque née en Roumanie…

Mes pas me dépassent
je passe à coté
De mon ombre évanouie

Les arbres me tombent dessus
Les feuilles partout
Cheveux quand meme
malgré tout
Gris
tout à coup
Arbres feuilles cheveux ombres disparues
Me soulèvent
m'emmènent je vole
avec des ailes des vraies des belles
non point comme celles des chauve-souris
et
me voilà au milieu des vagues…
suis devenue algue

miguel salas anzures



Estaba pensando en mis primeros años al lado de Miguelito, como tú lo llamabas. Años de gran cambio. Años intensos, interesantísimos - toda una revolución en el campo de las artes, teatro, etc ., debido a Miguel- Tantos eventos en los cuales tomaba parte, de los cuales me sentia hacer parte. Basta recordar que fue él , el fundador del Museo de Arte Moderno , reestructurando las salas del INBA, para poder fungir como tal. Las otras cosas importantes que Miguel organizó estan en el libro organizado por Jorge Olvera, yo y la colaboracion de pintores, escritores, e amigos. Este libro tú lo tienes.
Quieres memorias, Dominique, aqui están. Puedo seguir por mucho tiempo hablando de aquél que fue mi compañero por tan poco tiempo, que asi mismo tanto me dió, tanto me enseñó, tanto me amó. No, no era apenas otro intelectual. No. Era sobretodo un ser humano. Tan difícil de encontrar hoy en dia. Un hombre sensible, espontáneo, sencillo sin pretensiones de erudito. Y lo era, erudito. Y lo era, culto, hasta decir basta. Fue el hombre más inteligente que jamás he conocido. Y te aseguro que conocí un montón. Además tenía el don de sintetizar, decir las cosas mas complicadas de un modo que hasta un analfabeta las entendia. Su fina ironia y su agudo sentido del humor. Y con todo esto, boemio al máximo. Quiso ser médico. No pudo. Falta de dinero para los estudios. Para ganar dinero a los 17 anos tocaba el banjo con canciones inventadas, escritas por él, en los burdeles de Puebla su ciudad natal. Alli hay una escuela con su nombre. Por lo menos la hubo. Con el tiempo, quien sabe, la gente es ignorante, a lo mejor ahora pusieron el nombre de algún politico corrupto como lo son por asi decir, todos. Pero basta que una o dos personas se acuerden, ... No está muerto. Y asi sério y formal como daba la impresión de ser, no te puedes imaginar lo juguetón, y alocado que era . Me es suficiente recordar que vendió un terreno para comprarme un coche. Decia que yo no “podia “ tomar el camión. No sabiamos manejar. El tomó tres clases. No sabia ni siquiera dar marche-arrière. Nos fuimos a Acapulco, mas no sabes los escalafrios que tuve durante horas, hasta que pasó lo que era bastante previsible : chocamos con un burro. Ainda bem que não foi com outro coche. El KarmanGhia se abolló, pero por suerte despues de una infinidad de horas llegamos enteros! Un lugar llamdao San Jerónimo. Un posto al sole e che sole! Un vrai paysage tropical. Un paradis. Car la chaleur on s’en fichait. Un long fleuve nous acueillaient pour nous rafraîchir non pas les idées - on étaient tous si fous à cette époque que rien ne nous les auraient refroidies...Moi qui n’avait plus peur de me jeter à l’eau... Je plonge pour atteindre l’autre rive sans me rendre compte qu’il y avait un très fort courant qui emportaient branches, troncs d’arbres et des idiots comme moi. Quelle frousse! Les autres me regardaient sans voir que je paniquais. Heureusement, le courant m’a jetée à l’autre bord, et j’ai pu m’agripper à quelques racines . Depuis lors j’ai horreur des fleuves. Tu vois notre lune de miel, toute une aventure!
Además escribia poemas de amor. Por lo menos a mi me los escribia. No habrán sido como los de Rilke o Pablo Neruda, pero cuanta amorosa ternura!Uno de ellos acaba asi: ...niña por ti vivo.
Es verdad. Por mi, para mi vivió los años que vivimos juntos. Poco. Apenas seis anos. Y por amor a su país, a sus ideas, muy temprano se murió. Miguel (y Pablo) son las únicas personas que he conocido que tenian un amor real a su tierra. Sin alarde. Sin chauvinismo. Un ojo crítico como un hijo que ve a su padre y puede que no le gusta pero lo quiere:Miguel.
Un ojo más que crítico, rebelde, revolucionário, sarcástico, pero que cariño, que amor le tenía a la tierra y a las gentes. Los de abajo. Los que si sabian lo que significa la tierra. El mar y sus pescadores. Los árboles y los campesinos.

...Poco antes de dejar Mexico, fui como invitada especial a una mesa redonda en el Museo Franz Mayer,- óbvio, era la primera vez desde que
habia desparecido Miguel, que se le hacia un homenaje - junto
al actual director de Artes de Mexico - ya sabes que Miguel
fue el fundador, editor en fin, hombre orquesta de esta
revista, de las primeras revistas de arte que aparecieron en
Mexico, pero mientras las otras poco a poco desaparecieron,
esta continùa hasta hoy. Tengo la seguridad que este evento
fue apenas el principio de otros en los cuales se hablará de
su importancia en el campo de todas las artes en Mexico. Basta
recordar que fue él , el fundador del Museo de Arte Moderno ,
reestructurando las salas del INBA, para poder fungir como
tal.

Poderia hablar aun mucho de Miguel, pero me dan demasiadas "saudades "de el y de aquel tempo----

mercoledì 20 febbraio 2008

trappola - foto Dominique Landau


soggiogata
dell'aria raggiante
del sole affacciato
al'improviso sul mio balcone
farfuglio
sarà che rimane
per riscaldarmi
levarmi questa sagoma trasandata
di tanti mesi d'invernoinferno?

macché..
d'un tratto cielo nero
strani bagliori rumori
ovvio
tuoni fulmini
dal cielo cascano secchi d'acqua

il sole
come esca
per farmi uscire
dalla nebbia che mi avvolge
rovesciandomi ora
ancora
in fantasmagoriche tenebre

questo sole era
un incidente di percorso

una bella trappola---

martedì 19 febbraio 2008

Arpoador - foto Dominique Landau



volteggiavo
con le onde di quel mare
attraente affascinante
poi in un batter d'occhio
l'acqua
come un sipario
mi ha coperto
di blu scuro
rastrellata
dalla violenta mareggiata
immersa sparita
disperata
naufragata?

evanescente immagine

fantasia o ricordo?

ricordo!

ero entrata nel Atlantico
- nuotavo male -

una corrente
quelle furbe
lottare contro
impossibile

si può lottare contro il destino?

un secondo di pensiero
poi
fluttuando con le onde
portata sbattuta
contro una roccia sporgente
riapparsa come sorgente
un po'insanguinata
galleggio nella vita

sono qui fuori dall'acqua
- contro corrente -

sarà?

domenica 17 febbraio 2008

vuoto irreale- immagine Dominique Landau


Invano chiamo
il vuoto irreale
risponde
sull’orlo della collera:
non puoi tornare
anni addietro
le tue nutrite
ricche strepitose esperienze
non ti bastano?
vivo di briciole del passato
non mi piace

il vuoto reale
È muto

ma io
sparlo parlo a squarciagola
non parlo a fior di labbra
grido urlo

eh? sibilla sarcastico
il vuoto irreale
divenuto reale

il vacuo mi annienta

sabbia - foto Dominique Landau


pronto a erompere
dal nulla
il torrente dell'arena
quella di allora

camminavo camminavo

guardo indietro
vedo ancora
le mie orme
forme mai sparite

questa lenta litania
la mia
la nostalgia
si aggira mi rigira
e diventa una vera epidemia
di malinconia

non devo lasciarmi sgretolare
da ricordi
ormai diafani

ma avvolti
in strana luce
stanno assai bene
nel mio cuore

orme mai dimenticate

sabato 16 febbraio 2008

mare- foto Dominique Landau


un lieve soffio
all'improvviso
mi avvolge

sento
il mare il suo profumo
mi raggiunge da lontano
mi vedo sdraiata
sulla bianca sabbia
Rio de Janeiro Messico

anni fa...

non lo sapevo allora
che il mare mi avrebbe abbandonata

o sono stato io
rigirata dal destino
che l'ho lasciato

ormai insidiata
dalla nostalgia
da un malinconico spreco
di energia

chiudo i miei occhi
per vedere
ascoltare meglio
sentire di più
le calme onde
di quel mare azzurro
verdeazzurro
di Isla de Mujeres

con lui

scatenate le
frenetiche "saudades"
mi risveglio?!

e mi accorgo
delle mie linee
sulla la sabbia
e mi vedo
galleggiare nelle
braccia del' amore
avvolta di verdebluazzurro

incubo o sogno?

fatalità - immagine Dominique Landau



un cenno d'intesa
lo capisco
siamo tutti i due
come pesci fuor d'acqua
trascinati da un destino
non desiderato

fatalità

ma in fretta e furia
scappo
spregevole vigliacca
lo lascio solo

vediamo se comincia a nuotare
eh, si , a lungo andare
si riesce ad imparare

come me

suite - illustration Dominique Landau


Nuages noirs
voix en sourdine
figures froissées
Fuite
À travers les vitres
Explication: aucune
r^eves envolés
Parmi les noirs nuages
R^eves envoutés
Au beau milieu de noires images
Fuite
Explication certaine: le temps
Un éclair brise les vitres
Mirage?
Le clair visage
Le sien le tien et vous
Eux surtout
Oui oh oui….vous…
Ne fuyez pas
Ramassez les cristaux
De mes vitres brisées
Revenez de là-bas
R^eves cachés sous la v^oute du temps
Et voilà votre r^ole:
Redevenir le beau vitrail de ma vie

Explication inévitable: suite non pas fuite

à quand l'issue?- illustration Dominique Landau


Monde enrobé de vert-de-gris
Égaré devant un cul-de-sac
Au tréfonds du désespoir
Frissons de désarroi
Soudain
Un crissemant
De lumière au loin très loin…
Brassées d’horizon
Embrasées de regains d’espoir
L’esprit bl^eme
Le visage disparu
Le corps j’sais plus où
Je me demande
Le monde se demande

À quand l’issue?

venerdì 15 febbraio 2008

corro da solo - immagine Dominique Landau


non lampeggia più il mio estro
scomparso sgusciato via
travolto dalla mia testa un po' svitata
leggermente stonata
se l'è squagliata spaventata infuriata
davanti alle nuove parole
inventate da "loro":
"corro da solo"

e tutti corrono

di punto in bianco mi domando
ma verso dove corrette tutti?

che domanda !
forsennati dietro il potere

nessuno con un barlume di coscienza ?

parole parole parole
non fanno altro
che prenderci per i fondelli
promesse vuote ma riempite di menzogne
ci lasciate sgretolati
con la capa rovesciata
di delusioni...

quelli che ancora ne avevano

correte correte correte
il jogging fa bene

ma si può cadere.

toi


gés br^ulants
Cris de bonheur
scellés au fond de moi
Immobiles oppressants
enjoués pleins de g^race d’aisance
Escaladent avec apreté
Années d’absence

Etincelles
Du soir
Etincelles
De ma jeunesse

Mon amour à perdre haleine
Reviens
sans fléchir
Ecoute
Ecoute où que tu sois
Lance donc les étincelles vertes bleues
– tes yeux -
Pènétre-moi
Encore de ton regard
Dénude- toi
de cette lumière
trop diaphane
encombrante
et sans obstacles
Suis ta géographie
Voyage sur moi
Avec tes mains ta voix
Je porte ton empreinte
Eclaire mes jours
Ainsi que tu le faisais
Soirs matins après-midi
Les nuits
tu me parlais des étoiles
Récitais leurs noms
parcours légendes

Il reste une fente
Elle s’empare de moi
la seule étoile
qui tressaille jaillit
jette encore des étincelles
C’est toi
- tu me fait signe -

silence- illustration Dominique Landau



Sa t^ete est pleine de vide
ses doigts ne parlent plus
Les lignes qui parlaient
Ne lancent que des vols finis
les vols infinis?
où sont-ils?

Silence

elle s'en va



À bout portant
Elle jette le tout
Larmes cris sourires anciens
rires heureux à faire pleurer
Caresses oubliées
Passion tendresse




la belle frénésie de mon temps
Passé
Dépassé
Dépaysée
A bout portant
Claque la porte
au nez du temps des années
Toutes

Elle s’en va.

that is the question


Les passants
l’ invitent à les suivre
Les revenants
c’est leur métier
reviennent



Survivre
ou suivre
rester sur place
ne plus avancer
That is the question

Les passants
regard aveugle sourd muet
Toujours trop pressés
à courir derrière le temps
Temps qui s’en fout…
Lui à tout le temps

Elle préfère
ouvrir ses bras aux revenants
Venez parlez restez
Racontez votre temps passé
le votre
de temps…

je ne suis point
“à la recherche du temps passé”
Je m’ y trouve déjà au beau milieu.

giovedì 14 febbraio 2008

fées- photo Dominique Landau


L’heure des fées est passée
Tout court de haut en bas
Je me demande pourquoi
ce don unique magique est disparu
Pourquoi ne puis-je plus avoir
Voir les fées
Réunies auprès de moi?

Il ne reste que l’heure de sorcières:)

Les sauts d’humeur – alors –
De haut en bas
Plus bas que haut
De la plus grande euphorie
Volent vers un noir désespoir

Fausse euphorie?
Désespoir moins noir?

Elle hausse les épaules
Et attends le crépuscule

Le mien.

hors les lois

Les ombres descendent sur la terre
Ma vue se perds dans le lointain
Au – delà
Monde inaccessible
Hors de là
Portes fermées
aux seules vraies fois:
Liberté paix justice

À travers de terribles éclats montés de l’enfer
Les ombres s’allongent sur la terre
La terreur assombrit ciel monde soleil étoiles lune mer…mères...

Hormis une foi
dirigée? inventée? transmise? parvenue d'où?

Que reste –t – il ?

Une lueur
mais...
Hors les lois.

???



Je regarde
Et dois rester
Ainsi qu’un pan de mur éventré
Mains liées
Et à un tel degré
Devastée devant ce marasme sans fin
Cet hospice pleins de fous…
Quand et d’où surgira –t-il
Quelque bon auspice?
Plus aucune sensation de permanence……

mercoledì 13 febbraio 2008

sur lui


Amas de fournaises rafles de dards
arpentent ce mutisme abasourdi
Terassé par les spasmes
d'un terrible bruit

Une percée lumineuse débordée d’astuces
Essayent de nous rassurrer
Avec son reflet et ses jais d’espoir…
Cependant tel un ^etre aux abois
Un sourire hargneux
Se devine derrière ce masque doré
J’ose plus rien
Alors
Supplies cries
Pries si tu y crois
Hurles :

Disparais!

On l’entend à peine
La surdité règne

Disparais!

Je veux la métamorphoseeeeeeeeeeeeeeee ……………………

temps révolu
zones d’ombres
bribes de r^eve
Fossé clairsemé d’espoir
Dénouez
Le bourdonnement
De ce strident charabia
De malheurs

Vous tous
Entravez
cette effervescence de mauvais sort
Défaites ce noeud
Etanchez
cet engrenage
rouillé saturé de sang
Laissez libre cours
à la complicité de la magie
Et courez donc avec leur aile
- Cela aide -
Ayez la foi

Et nous aurons prise, sur… s^ur…

martedì 12 febbraio 2008

quoi? - photo Dominique Landau


Aujourd’hui elle cherche
Quoi?
Hier
Lequel?
Ceux – là
Là – bas
Les hiers d’antan...
demain chercheras- tu
les hiers d’aujourd’hui?

sans titre


Les images d'un autre age
Tombent comme la gr^ele sur mon visage
vide
Un grand frisson
Traverse mon coeur plein d’ombres.

sarabande


Une rumeur
– à peine -
on dirait une poignée de poussière
au bord du sentier
Habituée au silence
Elle sursaute
Ce n’est qu’un frisson
Un frisson qui ondule mon regard
me lance implacable
Au creux en plein milieu...

Non
Pas encore
Rien à faire
mais
Ce n’est qu' un carrefour

Ne vois-tu pas?

comme une morsure
Le frisson qui parcourt
Mon visage
M’entraine bien loin
Là-bas
Dans les bras vivants
De mes morts bien-aimés

la sarabande déborde d’harmonie.

ère - illustration Dominique Landau



Stupéfié
Le monde se réveille
Il est encore là
Ravagè criblé d' ^apres plaintes
De sourds faisceaux d'incendies
Un lointain r^ale de désespoir
On l'entend encore
Ce r^ale encore encore et encore
nous restons là - quand m^eme et malgré tout… -
A poursuivre l'écho
Si proche … trop
trop c'est assez….
Car saccadé de morts
De morts et blessés
Le monde éclate
Reste debout
Cherche une brèche
Quand m^eme et malgré tout

Les survivants éventrés d'espoir
ébahis d'etre toujours ici …
Appellent l'averse de leurs vies
D'antan…
Ruisselants d'envie de vivre…
Ils attendent
Nous attendons.
Air ère …
Faites vos jeux

lunedì 11 febbraio 2008

liberté - illustration Dominique Landau


Tu dis oui si on ose te dire non
Tu dis non si on te dis oui
On se dit anarchiste
Elle est là maintenant
ma complète liberté


À qui la donner cette magnifique terrible liberté
Mais pense donc un peu..
Eh, oui….
Je mens elle ment
Nous l’avons toujours eue
Sans le savoir…
Cette belle liberté!

masques grotesques - illustration Dominique Landau


dernière neige
un piège
hors du temps
cette angoisse à plein temps
Le printemps que je qu^ete
rien à faire les ignobles
et leurs fléaux
Nous guignent et menacent
Masques grimaçantes grotesques
Sanglantes
Nous guettent

le monde entier
désespère

Cette dernière neige
Hors du temps
Ce froid à plein temps

Peur …
Dévastation cris pleurs
blessés souffrances faims misères
et morts

Morts
Morts morts morts morts
horreurs
c'est notre temps

Tu ose parler de printemps?

domenica 10 febbraio 2008

fragranza



una fragranza mi raggiunge
da lontano ormai
scompigliata
da tanti venti pungenti
e anni travolgenti
fragranza
da quel tempo
follemente amato

scossa
non la sento più

rimango in agguato
desiderio intenso
di quella
sfuggevole fragranza
smarrito il fiuto
travolto
dal frenetico passato
portato
via dai venti

mon étoile - illustration Dominique Landau



La nuit telle une bénédiction
Plonge sur moi
me voilà trempée par la pluie des étoiles
Toile dorée
ficellée par leurs rayons
Et leur sérénité



Je m’envole à la poursuite
De l’étoile à laquelle j’appartiens
Arriverais-je à l’atteindre à temps?

Rayons ficelles trempées dans l’or
Or qui brule et me réchauffe
Je vous suis

la nuit a lancé ses étincelles
Nuit qui tombe telle une bénédiction
Reste ici bas
Ne t’en vas pas

Où se trouve mon étoile?

L’aube à essuyé le ciel …

sabato 9 febbraio 2008

le rire


Le rire de l’air jaillit
- Fraiche haleine -
J’entrevois les jours à venir
Les éclats de ton rire m’éclaboussent
Et
Remuent le passé

Air redeviens tendre
Souffle tout doux
Juste un petit sourire
Rammène – moi
Les minutes d'autrefois
Cela suffit.

cafard - illustration Dominique Landau


Je regarde..

les cafards qui arpentent un morceau de cloison
Semblable au fantasme d’une autre vie
Abandonnée
Là quelque part
j'essaye de voir d’entendre

Rien

Alors je m^ache saccagée
Gavée d’horreur
suis facile proie
Du cafard

Ce cafard qui harcèle qui accable
Mais reste là…

venerdì 8 febbraio 2008

doppio legame



doppio legame
amiche nemiche
intricate
malconce
parlano a ruota libera
ma senza librarsi
una dell'altra

- e va -
le dico
va a scavare
il cervello ad altri
va a campare all'inferno

solitudine mia
non voglio più
questo stormo di
ronzio vuoto
di presenze inesistenti

se n'è andata
sparita

eh, no
di slancio appare
per fregarmi...
non mi lascia andare

doppio legame
delirio scatenante
ma con un soffio di coraggio
ti sputo
e
ti sparo

dov'è ?

stella - immagine Dominique Landau


il varco attraversato
è in preda
dalle zone di ombra
rastrella
la stella
da te scelta
per me

non la vedo più
non ti vedo più

a lungo andare
di tanto guardarvi
travolta in una
frenesia di felicità
perché c' eri tu
distolgo la vista

aspetto
vederti ancora
ma no...

sparita la stella
smarrito tu
ritorno frenetica
al varco
vissuto

e aspetto

giovedì 7 febbraio 2008

carnevale


triste carnevale
per giocare a mascherarsi
ci vuole un attimo
per
nascondersi come un cane randagio spaventato
dietro gli angoli
scaraventato
dietro il sipario dalle piaghe
lastricate sulla strada degli anni -
ci vuole tanto tempo...

un attimo
per spargere
di coriandoli
i minuti cosi lunghi
che non passano mai

per mandarmi in bestia
ci vuole un attimo
a corto di fiato
una sorta di presagio
mi borbotta all' orecchio
che di sicuro
saziata
manderò tutto
nella merda

politique?

La nuit éclate colérique acari^atre épaissie
Par l’essaim de discordes
Inutiles discours et autres crachats
mouches
Qui se nourissent de merde..la leur

nous restons en plein soliloque

politique?

angoisse- - depuis longtemps et plus


Aujourd’hui
L’ absence de stupeur
le manque de courage
quelle rage
de ne plus avoir l'a^ge...
pour essayer de changer le cours
des jours




alors
dévore en sourdine
Tout.
L’angoisse est la morsure de nos jours.

quand? - illustration Dominique Landau













Tel le sortilège d’un infini orgasme
la foule lève les mains
Applaudit
Crie marche et court
Chante et danse
Elle coule et roucoule
D’éspoirs

Où se trouvera – t –il demain
Cet après orgasme
plénitude de joie d’énergie de vie
d'esprit
Pleins
De tous les espoirs
De tous les bonheurs de toutes les forces des regards des voix
De tous les chants de toutes créations de tout art et de toute vie

Demain…………………………………………………………
Sortilège………………………………………………………..
Espoirs………………………………………………………….
Et le reste ?

Le monde sortira – t – il de ce piège?

mercoledì 6 febbraio 2008

solitude - illustration Dominique Landau





Accroupie dans l’ombre






Elle guete voutée par le désespoir
Sorcière sans pitié et sans son balai
Si au moins elle l’avait…son balai…
Non
Aucun soir aucune nuit ni la plus sombre
Aucune tempete ni vent furieux non
Rien ne la fera s’envoler
Elle reste là et me harcèle
Toujours assoiffée –
Jamais rassasiée
Affamée
Avide de compagnie…
Et pourtant elle n’est jamais seule, elle,
La solitude…

depuis quelques années - illustration Dominique Landau





La vieillesse s’annonce petit à petit come une migraine







L’^age s’en va petit à petit comme cette migraine
Il ne reste que des demies graines
De vie
Pas se plaindre
Ne rien craindre
La mémoire est là
La lucidité n’est point feinte
La vie est encore toujours à tes c^otés
Peut-^etre un peu cachée par l’ombre
Des années
Belles années toutes si bien vécues…..

Alors continue
les migraines finiront bien par s’en aller

martedì 5 febbraio 2008

cirque triste- écrit il à longtemps..illustration Dominique Landau


Toujours à l’avant
Traverser mers terres cieux
veux point de frontières
voudrais devenir sourde
Ne pas faire attention
non pas par prudence
Mais par instinct
Se défendre
Pouvoir faire dispara^itre
Toutes ces paroles
Vrombissements
Vomissements
Paroles vides
Criblées d’ un cynisme à crever les yeux
Un non-sens plein de fausseté
D’un c^oté…de tous….
Les autres?
Comprends plus rien
Terrifiés cependant à entendre les
Paroles devenues à la mode: terrorisme terroristes
– toujours existées –
Et comme la soi disant mode
ainsi aussi tourne en rond sur soi-m^eme
Premiers terroristes?
On le sait bien – ceux qui gouvernent –
Qui nous gouvernent
Nous pauvres hères
Marionettes de ce guignol
Sommes restées sans cervelles impuissants
presqu’ignorants
beaucoup de pauvres croyants
Très peu de discernement – difficile –
Tombés au beau milieu
De ce mauvais go^ut
De ce bout de ce tout
Devenu sans aucun sens

Feindre
Ne pas se laisser prendre
À ce jeu rempli d’incendies de mots
Attendre les incendies des vrais feux…
Pouvoir fendre
Ainsi que la foudre
Avant de les laisser se prendre à leurs propres jeux
Faudrait les pendre
Tous
A leur bave qui nous crache
Dessus
Comme si de rien…

Sorcière avec ton balai
Fée et ta baguette de rayons dorés
Lancez votre regard magique
Invisible et puissant
Devenez frénétiques
Faites tomber
Avec un grand fracas
Leurs cirques immondes
Tous les cirques
Leurs clowns ne sont plus ceux d’antan
- pleins de joies et de rires -

Alors donnez –nous le silence.

lunedì 4 febbraio 2008

essaim - illustration Dominique Landau



Essaim de dessins
Viennent me piquer
Comme des abeilles
Pour continuer
Ces dessins
Commencés
abandonnés

À leurs sorts
Allez un petit effort

les toiles vierges aussi t'appellent
T'aimes te salir les doigts
De couleurs
Te barbouiller jusqu'au nez
Cela te t'amuses
je le sais

Alors?

qu'attends-tu?

Je n'attends plus rien
à peine Godot

à mon frère - photo Dominique Landau



Complicité de mes nuits
Endroit de mes reves désirs
regrets
Très peu
Un seul:

Détruire la destinée offerte par la guerre

L’enfance perdue jamais regrettée
La fuite et puis
La merveilleuse arrivée à Rio
mais sans mon frère

Complicité de la distance

Distance éperdument detestée
Adolescence solitaire
Le nez - il est long –plongé dans les livres
A rever
à vouloir changer mon nez…
…complexe éternel et absurde ….
Cela n’était qu’un masque:
Pour me défendre
pour me cacher
pour ne pas montrer
pour ne pas crier hurler pleurer eh, oui sangloter…
De jalousie
Mon frère – oh! Le bel enfant! –
Je l’entendais partout
Ma mère,lui disais-je, là-bas, loin les jours de mon enfance –
Ma mère embrasse-moi…
Elle s’envolait vers mon frère…

Je grandis
Et malgré tout
Je crevais de jalousie
Il continuait à etre et avoir ce que moi ne pouvais pas, n’avais pas
Liberté – sur, c’était un homme – les temps étaient autres…
Amour
Beauté - moi laide – d’après ma mère…

Encore et encore trop de distances d’absences
D’annéees pasées
De morts pardonnés
Regrettés

Vies sèparées
cependant - combien identiques
L’ essentiel:
Sentiments sensations émotions

Complicité autant désirée
La vieillesse nous l’à donnée
Oserais-je dire: redonnée?
Oui.
Je l’ai toujours sentie
Malgré les distances
Les absences
Les jalousies
…….et autres conneries!
j’avais besoin d’un signe…”donna di poca fede”
paroles d'un ami
Il a raison.
Et voilà!

Ce n’est point de notre temps?
Ordinateur, pixel, bytes et je ne sais plus quoi,
mais comme je l’aime ce MAIS!

Il nous donne
La complicité “ on line”.

sabato 2 febbraio 2008

contre toutes les guerres



contre toutes les guerres
n’importe où
n’importe quand
n’importe comment
discours à n'en plus finir
murmures paroles paroles
paroles...

mais, oh mais
déchirants cris
cantilènes complaintes
Nous blessent
Nous heurtent
telle une hémorragie
On s’éxténue
On parle on pleure
On manifeste
on poursuit l’ennemi.
Rien à faire
La mémoire n’y est plus
comme une entorse
Faite de fils de fers
Inexplicable
Avide
D’éteindre là au loin un semblant de lumière…
Pourquoi pas atteindre
Ce dernier rayon de lumière
Là-bas au loin
Malgré et peut - ^etre , oui,
Lacérer ces rumeurs
Saturées d’angoisses d’anxietés
A la recherche d'un temps perdu
une paix partout eclaboussée de guerres

La mémoire s’est envolée
La mémoire est tombée
cassée
Faudrait recoller les milles petits
si petits presqu’ invisibles morceaux.

L’amnésie est plus forte.

venerdì 1 febbraio 2008

livre infini



Il rigole:



Le tableau pas encore fini
la regarde narquois
Sadique
Se moque-t-il de moi?
Sournois va!

Elle se demande
Continue continue pas
Je le pose dans un coin
Face au mur blanc
Veux plus le voir
Sais plus juger
Bon pas bon
Veut rien dire
Besoin d’autres yeux
Regards frais nouveaux-nés

Aucune importance

Et ce dessin achevé
Sadomaso
Car fait avec cet engin
Merveilleux
Compliqué
Qui souvent se fout de moi
Je l’adore
Malgré tout

Ce dessin
Qu’en faire?

La cité de mes reves est endormie
Est-elle reveillée?

Et ce livre entamé
Avec peine feuilleté
Pourquoi ?

Les jours passent
La cité de mes reves se réveille
Je m’endors
Je vois mon dessin
- sait déjà sa destinée –
- il ira loin
- là –bas avec les autres
- là-bas où il sera vu

Revenir sur mes pas
Retourner le tableau

Voir à travers un nuage
Cette toile-
son sourire
Enigmatique

Fascinée comme toujours par ces
– ses – lignes
Elle voit
la joie la reprends
Le défi est toujours là
C’est moi
C’est nous
Ce ne sera point lui qui prendra le dessus

Le tableau devant moi
Mes doigts l’habille
Le caresse.

Il est là
Me lance un regard
Timide
Confus
Il a été vaincu.

La cité de mes reves est endormie
Elle et moi avons fini de rever

Je recommence le livre
Un livre qui jamais ne finira.